Un revenu marginal net à moindre coût pour le golf

 

Pourquoi les coupons sont une excellent moyen de communiquer pour un golf ?

La plupart des golfs ont le souci, voire la nécessité absolue d’augmenter le nombre de green fees pour mieux amortir leurs charges fixes.

Tout golfeur supplémentaire, qui ne génère presque aucune charge variable, procure un revenu marginal quasi net.

On sait que les golfeurs sont difficiles à convaincre de venir découvrir un nouveau parcours ! Ils ont leurs habitudes, leurs amis, parfois un abonnement sur leur golf habituel.

Mais ces golfeurs sont malgré tout sensibles aux bonnes affaires, et toujours avides de jouer plus à moindre coût.

Publier un coupon sans détruire de valeur ajoutée, c’est à dire en limitant ses conditions d’utilisations aux besoins de remplissage du golf, est donc une promesse de bénéfice net.

interGolf propose aux golfs de publier gratuitement leurs coupons, avec une date de validité choisie par eux, et en limitant la quantité de coupons émis s’ils le souhaitent.

A tester d’urgence, en plus c’est gratuit pour le golf : http://www.intergolf.net/les-coupons-intergolf/

 

 

Proposez des coupons sur interGolf

A tout moment vous pouvez publier des coupons de réductions pour votre golf (par exemple 1 green fee pour 2). Ils peuvent être valables 1 jour, 1 semaine, 1 mois, 1 an… comme vous le souhaitez. Vous pouvez déterminer un nombre limité ou illimité de coupons à proposer.

L’internaute imprime le coupon qui l’intéresse et le présente au golf pour obtenir la réduction.

Un bon moyen de remplir le calendrier des départs certains jours !

>> voir l’offre interGolf Events Calendar

Newsletter interGolf

Communiquer par mail sur le fichier interGolf (70000 golfeurs) en nous envoyant simplement votre information 2 jours avant l’envoi de la newsletter interGolf (au moyen d’un formulaire à remplir en ligne avec téléchargement de votre visuel).
2 options de routage :
– newsletter envoyée à tous les golfeurs d’une ou de plusieurs régions (parmi les 22 régions administratives)
– newsletter envoyée à tous les golfeurs du fichier interGolf (65 000 golfeurs au 1-01-2015)

>> voir le détail de l’offre

La chasse au fichier qualifié de golfeurs… une course de vitesse à ne pas manquer

En ce début de saison, avec une offre golfique surabondante grâce à internet, les golfeurs comparent entre la multitude de propositions qui s’offrent à eux. Que ce soit pour une journée de golf, un week-end golf ou un séjour golf, ils n’ont que l’embarras du choix !

C’est pourquoi, beaucoup de golfs sont confrontés à la même problématique : comment accéder à un fichier qualifié pour conquérir ces golfeurs, l’emailing restant à ce jour le moyen plus simple, le plus efficace et le moins coûteux pour diffuser une offre au bon moment et à la bonne personne. Et donc le meilleur moyen de capter le golfeur avant qu’il n’aille voir ailleurs !

L’outil n’est pas un problème, puisqu’il  existe des plateformes très simples et peu coûteuses pour router quelques milliers de messages sans compétence informatique particulière.

Le plus difficile est d’avoir à sa disposition un fichier d’adresses qualifiées et autorisées pour pouvoir diffuser les offres.

Certains golfs ont accès au fichier de leur réseau, mais ceux qui n’ont pas de solution pour disposer de ces adresses peuvent utiliser @lerte’Golf, une système d’emailing automatique qui leur permet d’accéder, pour un faible coût, à un des plus important fichier qualifié de golfeurs français.

14-18, longue marche en perspective pour profiter de l’effet Ryder Cup

2014-2018 : il reste seulement 5 ans pour faire exister la France comme destination golf en Europe !

A l’occasion de la journée Pro du Salon du golf (qui s’est tenu Porte de Versailles du 14 au 16 mars à Paris) Emmanuel Duval, Chef de services activités et filières chez Atout France est intervenu sur les enjeux liés à la Ryder Cup 2018, montrant notamment à quel point l’accueil en France de cet évènement majeur est une opportunité unique pour mettre la France sur la carte mondiale du tourisme golfique.

Si le titre de son intervention (« le golf en France est le trésor le mieux caché du monde ») affichait la couleur avec humour et tact , le contenu fut sans détour : « la France, bien qu’elle soit un vrai pays de golfs et de golfeurs, reste un nain sur la carte des destinations golfiques ». Une piètre performance pour la première destination touristique mondiale.

Deux chiffres pour appuyer une démonstration sans appel :
– seulement 500 000 green fees vendus à des touristes étrangers en France, pour 8 à 10 millions de séjours golfiques en Europe
– sur un chiffre d’affaires du tourisme golfique mondial évalué à 25 Milliards de dollars en 2009, la France représente seulement 0,2 milliards (soit moins que l’Afrique ou le Moyen Orient).

Or le potentiel est bien là, avec notamment les 2,4 millions de golfeurs européens qui voyagent pour jouer au golf. Le marché des golfeurs américains et asiatiques, de loin le plus important, est moins accessible car ces golfeurs se déplacent très peu en Europe.

L’enjeu principal est d’accueillir davantage en France les golfeurs allemands, néerlandais, scandinaves, espagnols, autant de pays ou le nombre de golfeurs est en hausse. Les britaniques également, bien que le golf soit en crise en Grande Bretagne comme en France, mais où les golfeurs restent très nombreux et représentent déjà la majorité des touristes golfeurs qui viennent jouer en France.
Tous ses golf-trotteurs choisissent aujourd’hui d’aller jouer en Espagne, au Portugal, au Maroc ou en Turquie, sans passer par la case France. Voilà le problème !
D’ailleurs le salon du golf était à l’image de cette réalité : dès l’entrée, une succession de stands très grands et très accueillants présentant ces destinations.

Il faut d’urgence s’attaquer aux faiblesses du marché français,  Emmanuel Duval en retient 5 principales :

  • 75 à 80% des golfs n’ont pas d’hébergement
  • 70% des golfs ne font partie d’aucun pass régional
  • 73% des golfs vendent moins de 5000 green fees à des touristes français ou étrangers
  • 40% des golfs ne parlent pas anglais
  • 50% des golfs n’ont pas de brochure ou de site web en anglais

Tout reste à faire
Concernant les moyens à mettre en oeuvre, l’impression globale est qu’on est encore au stade des bonnes intentions : mieux communiquer, mieux se connaitre, développer des partenariats, créer des événements, atteindre collectivement un bon niveau d’accueil dans les golfs …

Pour que les choses bougent, il est désormais urgent de nourrir de  réalités tangibles tous ces axes de direction.

L’opportunité Ryder Cup : un coup de projecteur à ne pas rater

En 2018, pendant quelques jours, le monde du golf aura les yeux tournés vers la France (700 millions de foyers couverts, 70 000 visiteurs/jour sur le site). Une visibilité mondiale sans équivalent dans le milieu golfique, et notamment aux Etats-unis. Une occasion pour les golfs, bien au-delà de la compétition sportive, de mettre en avant leurs parcours et leur destination pour changer la donne et faire enfin exister la destination France sur la planète golf.

Séjours golf : un publi-reportage sur interGolf pour promouvoir votre destination

La saison va bientôt démarrer, les golfeurs planifient leur année : c’est le moment de communiquer pour faire connaître votre destination, avec tous ses attraits golf et après golf !

Pour cela interGolf vous propose le Pack Europe’Golf pour sa nouvelle rubrique Séjours golf où les golfeurs pourront consulter une sélection de séjours en France et à l’étranger, proposées sur un format publi-reportage (texte et photos) avec un tri par pays/région, et la possibilité de faire une mise en avant en tête de sélection.

Ce pack inclut :
1 publi-reportage pendant 12 mois dans la rubrique Séjours golf
– le référencement complet du golf dans Compare’Golf (lien vers le site du golf, intégration de tous les tarifs, lien vers la réservation en ligne…)

Tarif annuel (date à date) : 150€HT (300 €HT tarif spécial de lancement -50% pour les 20 premières commandes)

Détails et commande : http://europegolf.wordpress.com/

Le prix des green fees en France est-il compétitif sur le marché international ?

Les tarifs des green fees en France s’établissent à 53€ en moyenne (sur la base des golfs participants à l’étude Atout France « Golf et Tourisme »*) ce qui est considéré comme « correct » en comparaison des tarifs pratiqués à l’international.

Les green fees, y compris dans des destinations réputées pour leurs bas coûts, sont tout à fait comparables aux prix français. Un green fee avec voiturette sur le Cornelia Golf Club de Bélek en Turquie se vend par exemple 100€, et 60€ sans voiturette.
Sur les parcours les plus prestigieux d’Espagne, comme Valderrama (jusqu’à présent le seul en Europe continentale à avoir accueilli la Ryder Cup), le tarif atteint 320€.
D’après l’étude, la faiblesse de l’offre française ne se situe donc pas tant sur le prix que sur la capacité des gestionnaires à proposer des offres spéciales ponctuelles qui donnent le sentiment aux clientèles touristiques qu’elles font une « bonne affaire » et bénéficient d’un tarif attractif.
(*) Golf et Tourisme, Etat du marché et potentiel de développement. Editions Atout France 2012.
Communiquer des offres spéciales sur un fichier ciblé : @lerte’Golf

Les golfs ont un volume important de départs disponibles

Les données fournies par les golfs participants à l’étude réalisée par Atout France en 2012* ont permis d’estimer, en nombre total de green fees, la capacité d’accueil supplémentaire disponible pour chaque golf en France.

La conclusion est que la majorité des golfs, toutes régions de France confondues, on un potentiel de croissance très significatif en matière de tourisme golfique. La plupart des golfs pourraient proposer en moyenne 2 heures de tee times supplémentaires par jour aux touristes ; avec une moyenne de 17 154 green fees disponibles par an.

Toutes les régions pourraient, sans aucune difficulté, réaliser 100% de croissance dans le secteur du tourisme golfique.

Si cette opportunité doit être pondérée par le fait que les meilleurs créneaux horaires sont partiellement déjà utilisés par la clientèle actuelle, le seuil de saturation est cependant loin d’être atteint, traduisant une réelle capacité de développement.

C’est sur ce potentiel qu’interGolf propose aux golfs de vendre des happy green fees 2 pour 1, un moyen de promouvoir les créneaux les moins demandés et d’augmenter globalement le taux de remplissage de leur parcours.

(*) Golf et Tourisme, état du marché et potentiel de développement – Atout France – ffgolf – IAGTO 2012

L’origine des touristes golfeurs étrangers en France

Toujours extrait de l’étude Golf et tourisme, réalisée en 2012 par Atout France, ce chapitre souligne les préférences assez significatives des divers nationalités pour des destinations bien spécifiques.

Concernant d’abord l’importance globale de chaque nationalité :

Le Royaume-uni et l’Irlande représentent de loin les marchés émetteurs les plus importants (près de 40% des green fees vendus aux touristes étrangers dans toute la France).

Suivent les Pays-Bas, la Belgique, la Suisse, l’Autriche et la Scandinavie.

L’Allemagne, l’Espagne et l’Italie sont les moins présents, et les marchés long-courriers d’Amérique du Nord et d’Asie quasi absents.

Les golfeurs britaniques arrivent en tête dans presque toutes les régions de France, sauf l’Est. Dans le Sud-Est, les scandinaves sont fortement présents. Les joueurs belges sont très présents dans le Nord. Les joueurs suisses et autrichiens sont les mieux représentés en Rhône-Alpes. Dans le Sud-Ouest, les Espagnols arrivent en 2ème position derrière les Britaniques. La Normandie se divise de façon plus équillibrée entre le RU, l’Irlande, les Pays-Bas et la Belgique. Les Pays-Bas et la Belgique dominent dans le Centre, les golfeurs suisses, autrichiens et allemands sont fortement représentés dans l’Est. Paris et l’Ile de France accueillent surtout des joueurs britaniques et irlandais (79%), avec une grande part des ventes réalisées par les tours opérateurs.

Focus sur le marché britanique : près de 4 millions de golfeurs, dont 0,6% (soit 240 000 personnes) font des séjours golfiques (26% à l’intérieur du RU, 21% en Espagne, 13% au Portugal, 5% en Irlande).

Focus sur le marché suédois : environ 1 million de golfeurs pour 500 parcours ouverts 6 mois par an. 1 million de séjours golfiques dont 75% à l’étranger, surtout en Espagne, au Royaume-Uni, en Thaïlande et en Turquie. 39% des golfeurs qui voyagent et font 3 séjours golfiques par an.

Focus sur le marché espagnol : 328 000 joueurs licenciés en 2011 pour 349 parcours. La majorité des joueurs résident autour de Madrid, en Catalogne et en Andalousie. Entre 30 et 50 000 licenciés joueraient en France, dont 40% environ en France.

Focus sur le marché suisse : 80 000 golfeurs pour 94 parcours. Plus de femmes qu’ailleurs en Europe (33% versus 25% moyenne ). Les joueurs suisses ne peuvent pas jouer dans leur pays 3 mois de l’année et donc incités à voyager entre novembre et janvier.

Le golf et le tourisme golfique en France

La France compte 712 équipements golfiques (parcours 9, 18 trous et +, mais aussi pitch and putt, parcours compacts, terrains de practice). Par ailleurs, 272 projets (ou intentions de projets) d’extension, de modification ou de création d’équipements golfiques étaient recensés fin 2011, dont 46 étaient effectivement en cours de réalisation (selon la Fédération Française de golf dans l’étude Golf et Tourisme, Etat du marché et potentiel de développement – Atout France 2012 ).

Parmi ces équipements, tous n’ont pas vocation à accueillir des touristes golfeurs pour différentes raisons (golf de membres, golfs non situés dans des territoires attractifs pour les touristes, pas de volonté commerciale pour ce type de clientèle notamment).

Globalement le nombre de golfs recevant de manière régulière et structurée des touristes golfeurs est estimé par l’étude pré-citée à environ 300.

Grâce aux données recueillies pour cette étude, une estimation a été faite concernant la répartition des ventes de green fees dans les golfs français en 2010 :

21% des green fees vendus à des touristes étrangers

29% des green fees vendus à des touristes français

50% des green fees vendus à la clientèle locale

On observe donc que les ventes de green fees à des touristes, français et étrangers, représentent 50,3% du total des green fees vendus, soit plus de la moitié.

Il faut bien sûr distinguer dans cette moyenne la situation des différentes régions françaises.

Sur le nombre moyen de touristes français et étrangers par golf, le Sud-Est, la Normandie, Rhône-Alpes, l’Ouest et le Sud-Ouest forment le peloton de tête.

Si on se limite au nombre de green fees vendus à des touristes étrangers, le Nord dépasse le Sud-Est, la Normandie apparaît toujours dans le top 4 mais le Sud-Ouest perd trois places.

Dans les deux cas (touristes étrangers seuls ou touristes français et étrangers), les régions Paris-île de France, Centre et Est sont les moins bien placées. Cela signifie qu’ils dépendent bien plus des ventes de green fees à la clientèle locale qu’aux touristes.

Concernant les ventes de green fees aux touristes étrangers, l’étude montre que les ventes réalisées par les TO et agences de voyage représentent en moyenne 25% (un pourcentage qui monte à 35% pour les golfs qui sont effectivement représentés et vendus par les tour-opérateurs). Pour ceux-là, c’est donc un part significative de leur chiffre d’affaires.

A suivre…

Le marché international du tourisme golfique

Si les pratiquants réguliers n’hésitent pas à se déplacer à l’intérieur de leur pays pour varier les parcours sur lesquels ils jouent, un nombre conséquent pratique également à l’étranger.

On estime qu’environ 10% des joueurs américains et asiatiques sont potentiellement mobiles à l’international, le taux s’élevant à 30% environ pour l’Europe.

Soit un potentiel mondial de 8 millions de joueurs, dont 2,7 millions en Europe, avec parfois plusieurs voyages à l’étranger par joueur.

Le nombre total de séjours golfiques au niveau mondial est estimé à 63 millions (avec ou sans déplacement à l’étranger) en 2009, dont 39,5 millions générés par des Américains, 8,8 millions par des Européens et 4 millions par des Asiatiques.

En Europe, le marché représenterait 2,15 milliards d’euros, dont la moitié pour l’Espagne, la France, le Portugal et l’Italie (l’étude ne décline pas ce chiffre, mais précise que l’Espagne et le Portugal captent la majorité de ce marché).

De nombreux pays se positionnent depuis quelques années sur ce marché, et réalisent des parcours et complexes golfiques de dimension considérable pour créer de toute pièce des destinations golfiques complètement intégrées. C’est bien sûr le cas de la Chine (avec ses deux giga-complexes de Shensez et Haikou), mais aussi plus proche de nous la Turquie avec le site de Bélek, près d’Antalya, avec une quinzaine de parcours de qualité internationale avec une quarantaine d’hôtels 4 et 5 étoiles offrant des prestations all inclusive. D’autres pays déjà présents sur ce marché renforcent leur offre, comme l’Espagne qui devrait augmenter de 120 le nombre de ses parcours (aux Canaries notamment).

Le marché européen est clairement la cible des parcours  du vieux continent, notamment en France, en raison des coûts de conquête élevés des clientèles long courrier.

Malgré tout  il en faut pas sous-estimer le potentiel de 50 millions de joueurs américains et asiatiques, leur attirance pour la destination pouvant l’emporter sur les difficultés et coûts d’accès. La France en tant que première destination touristique mondiale, dispose donc d’atouts réels par rapport à d’autres destinations n’ayant pas la même notoriété touristique.

Ces données sont extraites de « Golf et Tourisme, Etat du marché et potentiel de développement », réalisée par Atout France en 2012.

A suivre…

La pratique du golf dans le monde

En participant fin octobre aux rencontres nationales du Tourisme, je me suis procurée l’étude « Golf et tourisme, Etat du marché et potentiel de développement » réalisée en 2012 par Atout France en collaboration avec IAGTO et la FFgolf. Ses informations sont précieuces, notamment à l’horizon de la Ryder Cup 2018 lors de laquelle le golf français sera placé sous les projecteurs internationaux.

C’est pourquoi j’aimerais partager avec vous les principaux enseignements de cette étude, dont à mon sens on fait trop peu écho dans le monde du golf.

Pour commencer, petit bilan de la pratique du golf dans le monde

On estime le nombre de golfeurs dans le monde à 65 millions environ, dont près de la moitié réside aux Etats-Unis. D’après certaines estimations, ce chiffre pourrait doubler d’ici 10 ans en raison du vieillissement démographique dans les pays occidentaux et du développement accéléré de la pratique golfique dans les BRICS* et en Asie.

Pour sa part, l’Europe compte de 8 à 9 millions de joueurs. Il est intéressant de noter que les ratios de joueurs par habitant sont très différents selon les régions : 10% des adultes en Amérique du Nord et au Japon, moins de 1% en Europe, O,6% en France.

Ceci incite à penser qu’il existe, en Europe notamment, un potentiel de croissance de la pratique du golf tout à fait considérable.

En Europe, sans surprise, ce sont les îles britaniques qui regroupent le plus de golfeurs licenciés : plus de 800 000 en Angleterre, 250 000 en Irlande et 60 000 au Pays de Galles.

D’après le cabinet conseil KPMG, la croissance du nombre de golfeurs en Europe s’est ralentie sur la période 2000-2005 mais elle demeure néanmoins positive.

(*) BRICS est un acronyme anglais pour désigner un groupe de cinq pays : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

A suivre…

Les derniers chiffres de l’internet en France

Grand show Google hier 6 novembre à la Chambre de Commerce de Paris : le leader mondial des moteurs de recherche réunissait les TPE-PME d’ile-de-France pour présenter ses services aux entreprises, le moteur de recherche n’étant que le plus connu des services qu’il propose.

A cette occasion j’en profite pour partager avec vous les dernières données sur la puissance d’internet en France :

44 millions d’internautes
92% des internautes se connectent tous les jours (un score très supérieur à la moyenne européenne qui est de 60%)
28 heures de connection par mois en moyenne par internaute
85% font des recherches chaque jour
77% des internautes ont déjà acheté sur un site marchand
7 millions de tablettes vendues
25 millions de smartphone

Les chiffres parlent d’eux même  : l’internaute français est bien connecté, multi-connecté même, via les différents supports dont il dispose : ordinateur, smartphone, tablette…
Définitivement les golfs doivent intégrer ces chiffres, considérer les golfeurs comme les internautes actifs qu’ils sont devenus, et être là où ils les attendent, c’est à dire sur le web !
J’en profite pour vous rappeler l’intérêt d’être présent en 2014 sur compare’Golf, le comparateur de green fees interGolf  : une belle visibilité au petit prix de 89€ l’année (-20% pour une inscription en novembre).
A bientôt !

Pour réussir 2014, partons dès maintenant à la conquête de nouveaux golfeurs

Les temps sont difficiles, on craint pour 2013 un nombre de licenciés en baisse, ce qui n’est pas arrivé depuis des décennies. Impossible de rester sans rien faire, à regarder s’inverser une courbe que nous avions eu tant de satisfaction à voir grimper. Il faut absolument tout mettre en oeuvre dès aujourd’hui pour forcer la tendance à la hausse en 2014

Oui mais comment faire ?

Avant tout communiquer, toujours plus, toujours mieux.

Les golfeurs sont désormais tous des internautes ou presque, ils consultent plusieurs fois par jour leur messagerie sur leur smartphone.

Donc ils sont très sollicités, et même si ils font un tri drastique dans les offres qu’ils reçoivent, ils savent très bien repérer les propositions à ne pas manquer, comme vous non ?

Alors profitons de l’hiver qui approche pour booster les golfeurs en prévision de l’année prochaine.

Donnons-leur des occasions de jouer au golf par tous les temps, de rencontrer des nouveaux golfeurs, d’améliorer leur index. Quelques exemples :

– journées découvertes

– parcours 18 trous au prix du 9

– compétition 9 trous (un produit vraiment efficace pour encourager les golfeurs à jouer plus souvent)

– animations au practice : concours de drive, concours de putting, suivis d’un moment convivial au club house

– promotions sur les leçons (entrainement d’hiver, carnets de leçons, parcours accompagné…)

… et plein d’autres idées que vous trouverez facilement j’en suis sûre .

Pour communiquer toutes ces offres à des milliers de golfeurs autour de votre golf, pensez à @lerte’Golf. Et surveillez votre messagerie car bientôt vous recevrez la dernière offre d’abonnement en échange marchandise au tarif 2013 (nouvelles conditions au 1er janvier 2014).

Prenez le pouvoir sur vos ventes de green fees

Imaginez si vous démarriez la prochaine saison avec plusieurs milliers de green fees prévendus !

C’est désormais possible avec les Happy green fees d’interGolf.

De quoi s’agit-il ?

C’est une formule inspirée du « Happy hour », principe d’un prix moins cher à certaines heures.
Le happy green fee, c’est 2 green fees pour 1, soit 1 green fee offert pour 1 payant, valable uniquement les jours et heures que vous choisissez, les 2 joueurs au même départ.

Le happy green fee est vendu sans réservation de départ : donc tous les golfs peuvent vendre des happy green fees sur interGolf, quelque soit leur système de réservation. Le golfeur réserve comme d’habitude par téléphone, dans les conditions de validité du happy green fee.

Les 3 bénéfices pour votre golf

  1. Accéder gratuitement à un fichier client ciblé : 20000 golfeurs habitués à acheter des green fees en ligne.
  2. Améliorer le remplissage de votre parcours en limitant ces happy green fees aux périodes creuses, tout en préservant le plein tarif sur les créneaux les plus demandés.
  3. Vendre des green fees toute l’année : une bonne nouvelle pour votre trésorerie en basse saison !

Il n’y a pas de temps à perdre pour prendre la main sur l’activité green fee

Le golfeur est très sollicité sur internet : il reçoit en permanence des offres attractives et il a adopté un comportement très opportuniste : celui du choix last minute, au gré de ses envies et ce qu’on lui propose. Impossible aujourd’hui de rester à attendre les green fees sans rien faire, il faut agir, aller chercher ces golfeurs itinérants pour remplir les parcours, sans pour autant subir le diktat d’un discount indifférencié.

Les happy green fees, c’est votre réponse aux sites last minute qui incitent le golfeur à attendre le dernier moment pour choisir son golf.

Comment participer à la prochaine vente flash de Happy green fees

L’ère numérique a-t-elle démodé les cartes avantages ?

La plupart des réseaux de golf ont conservé une carte, ce carré plastifié de 8,5 sur 5,5 cm que les golfeurs conservent scrupuleusement à portée de main dans un portefeuille qui manque d’exploser tant les cartes se sont multipliées au fil des années. Certains ont même ajouté un porte-cartes à leur panoplie de consommateur avisé pour stocker les précieux sésames. Car oui, on le constate tous les jours, les consommateurs en général et les golfeurs en particulier aiment les cartes. Comme la preuve matérielle et tangible de leur adhésion ou d’une appartenance à un réseau.

Le tout numérique n’a pas (encore ?) atteint les cartes, même si certains s’essayent à dématérialiser ce support en le remplaçant par un fichier image à télécharger sur smartphone ; un système bien sûr nettement moins coûteux, pas de support, pas d’envoi, une mise à jour par mail ou par sms. On y viendra peut-être, ultime étape de la dématérialisation des achats, sans doute quand le téléphone deviendra définitivement un outil de paiement, la carte numérique lui étant alors logiquement associée.

Cet attachement aux cartes est à prendre en considération par les golfs, car les golfeurs mémorisent très bien les cartes dont ils disposent etleurs avantages associés, tout simplement parce qu’ils y sont exposés régulièrement dès qu’ils ouvrent leur portefeuille, c’est à dire souvent. C’est un donc le meilleur mémo pour leur rappeler les avantages dont ils disposent dans tel ou tel réseau, un pense-bête beaucoup plus efficace qu’une avalanche de mail dont on a tendance à leur arroser.

Vous êtes un golf indépendant et vous ne pouvez donc pas profiter de ce puissant outil de fidélisation ? interGolf vous propose en 3 clics et gratuitement de vous déclarer comme partenaire du réseau Europe’Golf : vous pourrez ainsi bénéficier des avantages d’une carte réseau avec l’énorme avantage d’y associer l’avantage de votre choix. Vous retrouverez cette offre dans l’onglet Europe’Golf ci-dessus.

Offrez une visibilité internationale à votre golf

Vous aimeriez accueillir davantage de golfeurs étrangers en 2014 mais vous ne savez pas comment les atteindre ?
Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je ne me résoud pas à ce que la France bien que leader du tourisme mondial en nombre de visiteurs, reste une destination si peu prisée des golfeurs étrangers, malgré le nombre et la qualité de nos parcours.
Pas de secret, la seule solution pour faire connaitre votre golf au-delà des frontières, c’est de lui offrir une visibilité internationale grâce à internet.

Vous devez absolument prendre les devants sur ce point, sans attendre que quelque organisme ou fédération se mobilise pour promouvoir le golf français. Car nous le savons tous, c’est une arlésienne qui se fait attendre.
Pendant ce temps, le tourisme golfique se développe partout dans le monde et les golfs français en bénéficient très peu.
On compte 8 millions de golfeurs qui voyagent, dont 2,7 millions en Europe, avec parfois plusieurs voyages de golf par an pour certains golfeurs. Et cette tendance s’accélère grâce à internet qui met en avant de plus en plus d’offres sur de multiples destinations.

C’est pourquoi, si vous voulez développer votre clientèle étrangère votre golf doit absolument être visible sur les sites à forte audience, et de préférence ceux qui s’adressent aux golfeurs itinérants.
A cause et grâce à internet, la mondialisation dans le golf, c’est maintenant, et mon conseil est que vous ne restiez pas à l’écart de ce mouvement.

Vous pouvez très simplement accéder aux golfeurs du monde entier en étant référencé sur Compare’Golf, le comparateur de green fee proposé par le site interGolf.

Il s’agit d’un comparateur tout à fait classique : l’internaute effectue une recherche selon son profil, le jour où il souhaite jouer : il peut ensuite comparer les offres des différents golfs d’une région ou d’un département.
Compare’Golf est le seul comparateur de green fees en Europe. C’est un service unique dans l’internet du golf.

C’est la première rubrique consultée sur interGolf qui reçoit 25000 visiteurs en moyenne chaque mois. Et la consultation est gratuite et illimité pour les internautes.
Bonne nouvelle : en 2014, le comparateur de green fees interGolf référencera les golfs de 8 nouveaux pays afin d’étendre son audience en Europe.

C’est pourquoi il est intéressant pour vous de profiter de cette forte audience pour donner une visibilité internationale à votre golf.

Pour en savoir plushttp://comparegolf.wordpress.com/

L’avis des golfs

« Intergolf nous accompagne depuis 2 ans dans la promotion de notre golf avec la commercialisation de green fees promotionnels et la diffusion de nos actualités. Rapidement intergolf est devenu incontournable grâce au sérieux, au conseil et au trafic généré sur notre site internet. »

Cédric Plessis – Responsable developpement et communication golf chez Château des Vigiers golf & country club – Linkedin 13/12/2012

« Ce que vous expliquez correspond à mes préoccupations à savoir plus communiquer pour développer notre activité de toutes les façons possibles. »

Stéphane Bouteiller – Directeur du Golf de Compiègne – @lerte’Golf 15/07/2013

« Bravo pour cette présentation hors du commun, claire et précise. Nous sommes intéressés par votre proposition, nous aimerions en savoir plus sur la qualification de votre base de donnée sur notre région (Base Normandie) le plus difficile a développer. »

Céline Leman – Golf de Clécy – @lerte’Golf 22/07/2013

« Bravo, c’est très innovant cette vidéo. Nous avons effectivement besoin de communiquer dans un contexte difficile. Très intéressé. »

A. – Golf du Bois de Boulogne – @lerte’Golf 19/07/2013

Laissez un commentaire

Les green fees prévendus, c’est gagné d’avance !

En vendant des green fees Last minute à -40% ou plus, les golfs prennent le risque que les golfeurs attendent le dernier moment pour se décider. En fonction des meilleures offres qu’ils reçoivent au jour le jour, et selon la météo bien sûr.

Comme nous sommes sur un marché d’offre (beaucoup de golfs, pas assez de golfeurs, beaucoup de départs libres sur les parcours), les golfeurs savent bien qu’ils prennent peu de risque à attendre le dernier moment : dans la quasi totalité des cas, ils sont certains d’avoir un départ au moment souhaité.

La vente de green fees last minute est donc une aubaine pour les golfeurs, mais pas vraiment pour les golfs ! Ils risquent tout simplement de voir fondre le prix moyen de leur green fees, y compris sur des créneaux horaires les plus demandés.

Certains marchés, qui interviennent également sur un marché où l’offre est abondante (transport, hôtellerie…) l’ont déjà compris. Fini les braderies last minute : les meilleures affaires sont désormais réservées aux consommateurs prévoyants ! Logique, les meilleurs clients ne sont-ils pas ceux qui réservent longtemps à l’avance ? Permettant aux opérateurs de maîtriser leur business et de mieux servir leurs clients.

Plus que jamais dans un contexte difficile, les golfs doivent miser sur les green fees prévendus plutôt que sur le Last Minute.

Le prévendu, c’est gagné d’avance !

En vendant d’avance leur green fees (vouchers valables sur une période à définir, par exemple la saison), les golfs réalisent un chiffre d’affaire affranchi des contraintes météos et concurrentielles. Les golfeurs viendront sur leur golf à coup sûr !  Même si le temps n’est pas au top, et même si entre temps ils ont été sollicités par d’autres offres attractives. Ils vont prendre leurs habitudes sur ce golf et être mis en contact avec toutes ses propositions (stages, leçons, restauration…). Le job du golf reste bien sûr de savoir les fidéliser.

Il y a de nombreuses façons de réaliser des préventes : la plus courante est le carnet de green fees. Il n’est pas choquant de proposer une remise de 30% à un golfeur qui achète 10 green fees d’avance. Quand la remise est importante, le golf peut même cibler les carnets de green fees  sur certains créneaux  (mois, jours, heures) qui justifient la remise.

Pour vendre sur interGolf des green fees à l’avance : retrouvez-moi sur e’Green fee

Quelques éléments qui freinent le référencement du site de votre golf

Lorsqu’il parcourt le site de votre golf pour l’indexer, le spider de Google peut être ralenti voire bloqué par certains éléments présents dans vos pages.  Il en résulte une déperdition qui peut être importante dans le référencement de votre site, les pages en question étant parfois même tout simplement ignorées par Google, ce qui est très ennuyeux si il s’agit de pages essentielles, la page d’accueil par exemple !

Un site à dominante Flash

Si votre site comporte beaucoup d’animations, il est peut-être truffé de formats Flash (des fichiers au format Adobe d’extension .swf). Le texte inclus dans ces animations n’est pas -ou mal- pris en compte par les robots d’indexation puisqu’il n’est pas lisible directement en texte. C’est pénalisant pour votre référencement d’une part, sans négliger par ailleurs que trop d’animations donnent vite le tournis à votre visiteur, surtout si il n’a pas d’autre choix que de les visualiser à chaque visite !
Là encore il existe des solutions de contournement pour optimiser votre site, mais attention, certaines de ces solutions sont sanctionnées par les moteurs (par exemple, éviter la tentation d’inclure du texte caché destiné uniquement aux robots pour retraduire en texte html le contenu des animations).

Les cadres

Les frames (cadres en français) : il s’agit dune technique -de moins en moins employée heureusement- qui divise une page en plusieurs fenêtres indépendantes ; c’est un réel obstacle pour les moteurs. Si votre site est ainsi réalisé, il existe des solutions pour « obliger » les moteurs à prendre en compte ces pages, parlez-en à votre webmaster.

Trop de pages sécurisées avec mot de passe

Le robot de Google n’ayant pas le mot de passe, tous les contenus des pages sécurisées ne seront pas indexées, c’est simple à comprendre et malheureusement rédhibitoire. Si c’est votre cas, prévoyez donc un maximum de pages riches en contenu et accessibles à tous (donc aux robots) pour contribuer au référencement de votre site.

Les menus déroulants et les sites dynamiques

Lorsque vous proposez un menu déroulant sur le site de votre golf, seul le texte affiché par défaut est pris en compte ; il ne vous échappera pas que nul robot ne peut faire défiler un menu !
De même, certains sites dits « dynamiques » affichent des pages en fonction des requêtes de l’internaute, qui coche par exemple des préférences dans un formulaire et génère ainsi une page « sur mesure » selon ces critères. Vous repérerez facilement ce cas de figure dans l’adresse de la page qui devient alors longue et complexe (avec beaucoup de signes de type « ? » et » »& »). Ces sites sont eux aussi mal indexés, bien qu’il existe là encore des astuces techniques pour contourner le problème.

Avec ces quelques exemples, on voit qu’il y a un décalage inévitable entre le moment où les sites ont été créés, avec certaines techniques d’écriture alors d’usage courant, et les dernières méthodes d’indexation utilisées par les moteurs qui évoluent beaucoup plus vite.

C’est pourquoi on est obligé de constater qu’un site datant de plus de deux ans est déjà « vieux » d’un point de vue SEO. Sur certains points, il y a heureusement des solutions pour contourner l’obstacle sans avoir à refaire tout le site.
Dans tous les cas, il est important que votre webmaster se tienne au courant de ces sujets afin de ne pas pénaliser le référencement de votre site à terme.

%d blogueurs aiment cette page :